Médicaments essentiels, tranche 1 : Bamba, Dah et Soroly

L’antenne  Tapama-Lyon  finance  chaque  année  des  cartons de  médicaments  essentiels,  les  plus  usités dans les dispensaires de villages.  Nous  abordons  la  tranche 1  de  cette  mission 2015-2016,  les  colis  pour  les  Centres  de  santé  de  Dah (cercle de San),  de  Soroly ( cercle de Bandiagara),  et de  Bamba (cercle de Douentza).

D-B02

Notre véhicule devant les PPM …

        Nous  disposons  d’une  liste  type,  d’environ  30  produits,  établie  par  des  médecins  connaissant  bien  la  médecine  pratiquée  en  brousse,  médicaments  que  nous  achetons  à la  PPM [ Pharmacie Populaire du Mali ],  parce  que  conditionnés  en  gros,  souvent  en  médicaments  génériques,  donc  nettement  moins  chers.  cesmédicaments sont connus des  villageois, leur usage ainsi que leur posologie; ce qui simplifie leur  diffusion dans les villages, y compris avec des personnels de santé peu instruits, et ou des pharmaciens presque illettrés.

D-B04Soline  prépare  les  colis,  avec  la  liste de  contrôle  en  main  ; 

      Un  colis  pour  le  centre de santé  de  Dah,  un  autre  pour  Soroly,  et  le  dernier  pour  Bamba.  Tous  les  trois  seront  chargés  dans  le  4×4  qui  partira le 20  novembre  en  mission vers le Nord.  Nous  passerons  à  Dah,  et  monterons  jusqu’à   Sévaré,  où  nous  retrouverons  Dr  Fodé Mory  KEITA,  lieutenant colonel,  directeur  de  la  santé  pour  la  6ème  région  militaire,  et  toujours  responsable  « santé »  de  Tapama-Mali.  Nous  déposerons  les  2  colis  pour  Soroly  et  Bamba  à  son  domicile  où  les  villageois  concernés  viendront  les  prendre.

Chaque  colis  représente  un  coût  d’achat  d’environ  110 000 F-CFA,  donc  environ  le  double  à  la  vente  en  pharmacie,  voire  plus.  Ils  sont  donnés  gratuitement, et l’on souhaite que le bénéfice net ainsi réalisé, serve  à  améliorer le salaire des personnels de santé, souvent dérisoire,  ou  bien  vendus à coût  très  réduit   pour  les  familles  démunies.  Nous  ferons  le  point  en  fin  2016,  et  déciderons  alors  de  ce  qu’il  convient  de  poursuivre, ou modifier.

D-B03